Actualités

Aït Manos répond à une forte demande à l’export

Du zellige marocain en Russie, aux Etats-Unis ou encore en Australie! A l’origine de cette offensive à l’export, Aït Manos.Pour réussir ce pari à l’export, l’entreprise a développé une aptitude à sauvegarder des techniques ancestrales du patrimoine artisanal marocain, tout en adaptant le produit aux exigences des projets modernes. «De nombreux décorateurs internationaux parmi les plus grands, tels que Le Cabinet Pinto, Peter Marino Architects font appel à Aït Manos pour leurs projets, qu’ils soient mauresques ou modernes», affirme Ghalia Sebti, cogérante d’Aït Manos. «Nous avons élargi le champ d’application d’un produit qui était traditionnel pour en faire un matériau se mariant parfaitement à tout autre, tel que le marbre, la pierre, le galet, le bois…», poursuit Sebti. Forte d’une stratégie agressive à l’export, l’entreprise a réalisé les trois quarts de son chiffre d’affaires à l’international en 2012. Ce dernier s’est élevé à 12 millions de DH l’an dernier. Afin de renforcer l’export et répondre à une demande de plus en plus importante, Aït Manos a fait dernièrement appel à un business développeur. «Notre activité à l’export s’est beaucoup développée ces deux dernières années. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons consolider l’équipe de développement à l’export», explique Ghalia Sebti. Le renfort à l’export se fera notamment aux Etats-Unis, en Australie et en Russie, où l’entreprise est déjà représentée par plusieurs distributeurs.
«Nous disposons également de deux magasins à Londres et Tokyo», précise la cogérante. Bien que le succès soit au rendez-vous partout où elle s’exporte, Aït Manos ne se repose pas sur ses acquis. Ainsi, plusieurs expositions internationales seront organisées début 2014 aux Etats-Unis et dans les pays du Golfe pour promouvoir le produit.Le zellige made by Aït Manos n’est pas pour autant étranger aux marchés locaux. L’entreprise est actuellement présente sur plusieurs chantiers, notamment un projet résidentiel à Rabat et un autre à Marrakech dont le démarrage est prévu pour le mois prochain. L’entreprise emploie plus de 40 maâllems et ouvriers qui utilisent «une technique de production séculaire du savoir-faire du zellige de Fès». Dans un laboratoire de recherche sur la couleur, les artisans d’Aït Manos ont mis au point plus de 36 teintes dont de nombreuses couleurs inédites telles que des finitions à la feuille d’or et à la feuille d’argent. «Le laboratoire nous a donné l’occasion de sortir de nouveaux coloris afin de répondre aux demandes de nos clients», précise Ghalia Sebti. «Nous ressentons actuellement une forte demande pour les tons gris taupe….», ajoute le management. Sur un tout autre registre, Aït Manos a mis en place un procédé qui consiste en la fabrication de dalles de zellige pré-assemblées et prêtes à poser. Exclusivement destiné à l’export, ce produit a fait l’objet d’un brevet de fabrication déposé à l’OMPIC en 1997. C’est ce produit même qui a permis à l’entreprise d’investir les marchés américains et européens et de remporter une poignée de prix dont le Tiffany USA, le Morocco Awards le Trophée de l’Exportation.