157, boulevard de la Résistance 20500 - Casablanca, Morocco +212(0) 522 448 945

Rénovation des « Jardins de Majorelle », Marrakech, Maroc

FontaineRénovationTerrasse

Le Jardin Majorelle, l’un des lieux mythiques de Marrakech, reflète la passion d’artistes pour le Maroc. D’abord Jacques Majorelle, peintre qui crée le Jardin non loin de la Palmeraie en 1923. Il y installe son atelier, et imagine ce jardin comme une véritable œuvre d’art, où il plante des espèces venues du monde entier. Autour d’un long bassin, cactées, palmiers, bambous, cocotiers, thuyas, saules, caroubiers, jasmins, agaves, nymphéas, daturas, cyprès, bougainvilliers, se mêlent. Dès 1937, le peintre fait jaillir ce bleu profond, le fameux bleu Majorelle, en teinte dominante qui confère au vert de la végétation un éclat particulier. En 1947, le jardin Majorelle ouvre ses portes au public. Mais, le jardin morcelé a plusieurs reprises sera vendu à la fin de la vie de Jacques Majorelle, et restera à l’abandon. Yves Saint Laurent et Pierre Bergé en 1966 tombent sur havre de paix, poétique, presque désert, en décrépitude, mais à l’aura unique. Le lieu, menacé d’être transformé en hôtel, séduit Yves Saint Laurent et Pierre Bergé qui mettent tout en œuvre pour l’acquérir en 1980 alors qu’ils résident à quelques encablures du jardin à Dar el Hanch. Au fil des années, ils redonnent au jardin sa magnificence. Les allées reprennent de leur superbe, le bleu cobalt éclate sous les rayons du soleil. C’est ici, dans la Villa Oasis, qu’Yves Saint Laurent et Pierre Bergé s’installent. En leur présence, la flore du jardin s’épanouit, irriguée méticuleusement, et les espèces se multiplient avec plus de 300 aujourd’hui contre 135 espèces en 1999. Vingt jardiniers s’affairent dans les plates-bandes du jardin Majorelle chaque jour, et entretiennent bassins et fontaines. L’atelier de Jacques Majorelle devient le musée berbère, au cœur de l’inspiration d’Yves Saint Laurent qui trouvait en ce jardin et en ces couleurs une renaissance.

Pour continuellement donner au jardin ses couleurs originelles, des travaux de restauration ont été entrepris sous la direction du paysagiste Madison Cox, à qui l’on doit les plus beaux jardins des célébrités. Ce virtuose des plantes originaire de San Francisco s’installe à Paris en 1978 pour étudier le paysagisme. Il y rencontre Yves Saint Laurent et Pierre Bergé, et se lie avec des artistes. Il signe la co-création des Jardins du Nouveau Monde au château de Blérancourt dans l’Aisne puis le jardin expérimental pour le Chelsea Flower Show à Londres. De clients privés à des contrats pour des hôtels dans le vent comme le Delano à Miami, le Gramercy Park à New York ou le Sanderson à Londres il perfectionne son art. En 2011, il devient vice-président de la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent, en charge du luxuriant jardin Majorelle de Marrakech acheté par le couple en 1980.

Depuis les années 80, il imagine pour le gotha espaces verdoyants exceptionnels. Chez Sting, chez Michael Bloomberg, chez Marella Agnelli à Marrakech, il transforme le jardin en véritable œuvre d’art. En 2010, il modifie le musée Majorelle en musée berbère où sera exposée l’influence marocaine autour du travail d’Yves Saint Laurent. Un véritable succès !  C’est aussi lui qui - au grand damne d’Yves Saint Laurent - retire le gazon du Jardin Majorelle. C’est donc sous la direction de cet historien de l'art des jardins et expert en botanique que le jardin prend vie. On lui attribue un souci du détail permanent, et une connaissance affûtée de l’histoire des jardins. Influencé par l’anglais Russell Page, dont les clients vont d’Oscar de la Renta au duc de Windsor, Madison Cox se distingue par son aptitude à tout transformer en création végétale, adaptée à chaque environnement et volonté de ses clients. Tenir compte du climat, du sol, de l’eau, comme au Jardin Majorelle où il songera à un système d’irrigation spécifique pour en limiter l’usage tout en optant pour des espèces propres au climat de Marrakech, c’est la particularité de Madison Cox. Il surprend avec harmonie, passe d’une roseraie fabuleuse à une symphonie de cactus.

Le zellige fait partie de l’environnement du Jardin Majorelle. Véritable hommage aux amours marocaines d’Yves Saint Laurent, dont sa passion pour l’artisanat marocain, les carreaux de mosaïque de terre cuite s’intègrent au décor coloré et solaire du jardin Majorelle. Dans ce déluge de vert, de bleu, de jaune, de l’eau jaillit, rare, précieuse, radieuse. La fontaine carrée centrale reprend les teintes dominantes du jardin avec un pourtour entièrement bleu Majorelle. Dans un dialogue de bleu et de vert, la terrasse reprend le motif de la terrasse de l’entrée. Un savant damier vert et bleu y est apposé, se fondant dans le décor entre plantes et façades bleues.

Type

Jardins


Lieu

Maroc


Prescripteur

Madison Cox