157, boulevard de la Résistance 20500 - Casablanca, Morocco +212(0) 522 448 945

Résidence privée, Peter Marino, Palm Beach, Floride, USA

FontainePiscineTerrasse

Sous la direction de Peter Marino, célèbre architecte (lien vers collaborations), Aït Manos entreprend de transposer dans une résidence privée en pleine Floride les traditions décoratives marocaines. Peter Marino, connu notamment pour ses réalisations pour les grands noms du luxe, dont les boutiques Chanel et Dior, imagine ici un décor inspiré par le Maroc, et en plus particulier Marrakech. L’architecte qui a travaillé pour Bergé-Saint Laurent, Marella Agnelli, Armani, Valentino, Donna Karan, Calvin Klein, met son inépuisable énergie au service des plus grandes fortunes du Monde en réalisant résidences privées et yachts. En Floride, à Palm Beach, les plus demeures se succèdent. Un rendez-vous de l’élégance, l’exubérance, du glamour à l’américaine. Manoirs, demeures grandioses, signés par les plus grands architectes d’Addison Mizner à Maurice Fatio, s’élèvent dans ce bastion bourgeois sur lequel avait jeté son dévolu le baron du pétrole Henry M.Flagler au début du XXe siècle.  Dans une décadence orientaliste, Peter Marino recrée en pleine Floride un fantasme d’exotisme, un rêve orientaliste dans une maison où les arts décoratifs arabes exposent toute leur opulence. Plafonds ornés, bois sculpté, tables ciselées, lanternes s’invitent dans l’intérieur de William et Katherine Rayner. Le couple dans un article du Palm Beach Daily News explique la genèse de cette résidence spectaculaire, inattendue.  Voyageurs insatiables, ils ont un coup de foudre pour l’Afrique du Nord et les jardins de Marrakech. Amoureux de la composition du Jardin Majorelle de Marrakech, ils en reproduisent les schémas dans leur maison du North End. L’idée ? Une retraite marocaine à Palm Beach. Le jardin, sorte de jungle qui a mis deux ans a être finalisée, œuvre de Denis Lamarsh, complète cette mise en scène marocaine. Le résultat ? Des patios ornés de zellige bleu Majorelle, une tente typiquement marocaine, des murs du jardin peints en bleu Majorelle spécialement acheminés du Maroc pour cette résidence, un intérieur fantasque et magique, une canopée tropicale. Pour parfaire leur voyage à demeure, le couple, féru de Turquie, pense son pavillon d’invités comme une référence au Palais Topkapi. Designs géométriques, couleurs vibrantes, métaux riches construisent un décor tout droit venu d’Istanbul. Passionnés de botanique, le couple parfait le paysage en introduisant les principes des jardins perses à leur création verdoyante.  Guest House orientale, jardin à la Perse, la résidence est un véritable voyage, ode à l’orient et ses traditions décoratives. Pour ce projet, la Maison Aït Manos a mis son savoir-faire au service de différents espaces. Dans le jardin qui évoque le Jardin Majorelle de Marrakech (lien vers collaborations Madison Cox), un plan d’eau immortalisé par Vogue en 2003, entouré d’une végétation luxuriante, entre bananiers et palmiers, oscille entre fontaine et piscine. Les bejmats verts d’Aït Manos octroient à l’eau une teinte unique : un vert d’eau à la frontière d’un doux bleu. Adjacente, une tente caidale offre un espace de repos, érigée sur une terrasse en zellige bleu, jaune et vert. Plus loin, un espace de farniente, où le sol en zellige vert rappelle la végétation tandis qu’une bordure bleue fait écho aux murs du jardin. Autre évocation au Maroc, une fontaine entièrement revêtue de zellige multicolore surgit dans un recoin du jardin, encadrée de murs bleu Majorelle.

Type

Résidence privée


Lieu

Etats-Unis


Prescripteur

Peter Marino architects